ACTE#1

Rencontres de la biosphère

__Tables rondes

ACTE à d'abord été pensé comme un temps de réflexion autour de la nature, sa préservation, sa biodiversité et comme un temps de mise en valeur des différentes actions déjà réalisées ou en cours de réalisations sur le territoire.
Ces tables rondes auront lieu au Pavillon de la culture en centre ville de Saint-Gilles, ainsi qu'au château d'Espeyran, lieu principal de ces premières rencontres de la réserve de biosphère de Camargue.

Nous mettons progressivement à jour la programmation ...


UNESCO : Réserves de biosphère et Patrimoine mondial

TABLE RONDE

/// Vendredi 4 juin à 19h au Pavillon de la Culture de Saint-Gilles

3 sites remarquables du Gard, 3 exemples de cohabitations
Rapport Nature/Culture

Intervenants :
La réserve MAB Cévennes et les paysages culturels de l'agropastoralisme des Causses et des Cévennes
La réserve MAB Gorges du Gardon et le Pont du Gard
La réserve MAB Camargue et les chemins de Saint-Jacques

Ressources / Références :
Patrimoine mondial de l'UNESCO
L'homme et la biosphère



Encyclique Laudato Si'

TABLE RONDE

/// Samedi 5 juin à 14h au Pavillon de la Culture de Saint-Gilles

Lettre encyclique du Pape François sur la sauvegarde de la maison commune

Intervenants :
Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.
Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.
Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.
Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction.
Pour son travail en faveur du dialogue inter-religieux, il a été distingué par la République.

Ghaleb BENCHEIKH, fils du cheikh Abbas, ancien recteur de la Mosquée de Paris, a été reçu docteur ès sciences à l’Université Pierre-et-Marie Curie, à Paris.
Cet islamologue reconnu est président de la branche française de la Conférence mondiale des religions pour la paix.
Il a animé pendant 20 ans l’émission dominicale « Islam » sur France 2. Il produit et anime aujourd’hui, sur France Culture, l'émission hebdomadaire Cultures d'islam, devenue Questions d’islam en 2016.
En 2018, Ghaleb Bencheikh est élu président de la Fondation de l'islam de France, succédant ainsi à Jean-Pierre Chevènement. Il est, de plus, membre du Conseil des sages de la laïcité.

L’encyclique Laudato si’, portant sur la sauvegarde de la « Maison commune », ne cesse d’éveiller les consciences depuis sa publication en 2015. Ce texte audacieux, « providentiel » (E.Morin), nous concerne tous, croyants ou non croyants, responsabilisés par l’évolution du climat et ses conséquences sur les habitants de notre planète.
La vision réaliste de l’encyclique de la situation présente conduira les orateurs à dresser l’état des lieux, esquisser un diagnostic des causes de cette catastrophe, et réfléchir aux orientations proposées par le texte. Le chantier est immense. Nos conférenciers vous inviteront à partager l’éclairage que chacun a perçu de sa lecture qui propose une « écologie intégrale » qui comprenne tout à la fois une dimension économique, sociale et spirituelle de la tâche.
Ghaleb Bencheikh et Gérard Leroy œuvrent depuis longtemps au sein de la Conférence Mondiale des Religions pour la paix. Ils étaient déjà réunis en 1992 pour la Conférence organisée au Bourget par le CCFD, devant plus de mille personnes reliées à “La Conférence des U.N. sur le développement durable, réunie à Rio de Janeiro ». C’est aujourd’hui avec un réel plaisir qu’ils viennent partager avec vous une réflexion sur ce monde qui commence à être défiguré, abîmé, exploité, pollué, opprimé, dévasté, qui « gémit en travail d’enfantement » (Rm 8, 22).

Ressources / Références :
L’encyclique Laudato si’



Le revenu de transition écologique

TABLE RONDE

/// Samedi 5 juin à 17h au château d'Espeyran

Un exemple de transition écologique

Intervenants :
Joelle Chalavoux et Olivier Boulet, Coopérative de Transition Écologique de la Haute Vallée de l'Aude

Benoît Prevost, Enseignant chercheur Université Paul Valery de Montpellier (en attente de confirmation)
Association "Tisane et Philo _ ça infuse à Saint-Gilles !"

En région Occitanie, deux expérimentations sont en cours dans la Haute vallée de l’Aude et sur la commune d’Arvieu en Aveyron. Les acteurs et animateurs de ces projets très concrets viendront nous les présenter et débattre avec nous.
"Le revenu de transition écologique est un dispositif comprenant un revenu versé à des personnes physiques en contrepartie d’activités orientées vers l’écologie et l’impact sociétal. Soutenues et accompagnées dans leur projet de transition en durabilité, ces personnes doivent par ailleurs adhérer à une structure démocratique (association, coopérative d’activité) qui favorise leur intégration sociale. »

Ressources / Références :
Fondation ZOEIN



Les jardins collectifs

TABLE RONDE

/// Dimanche 6 juin à 11h au château d'Espeyran

Jardin collectif, une expérience démocratique

Intervenants :
Alain Del Vecchio, des Semeurs des jardins
Bruno Lorthiois, de Alter'éco 30
Sylvie Catland, du secours catholique
Didier Brunet, du jardin partagé de Générac
André Lamy et Hervé Roussinet, de l'association "Saint-Gilles ville fleurie"

La forêt Lattoise
Jardin partagé d'Aniane

Ressources / Références :
Alter'éco 30
Semeurs des jardins
Les paniers solidaires



Changement climatique, maladie des plantes et adaptation possible

CONFÉRENCE

/// Dimanche 6 juin à 13h30 au château d'Espeyran

Changement climatique, maladie des plantes et adaptation possible ...

Intervenant :
Marie Launay, Ingénieur de recherche INRA Unité Climat Sol et Environnement Domaine St Paul Site Agroparc 84914 AVIGNON

Marie Launay est agronome et chercheuse à INRAE. Après un cursus à AgroParistech où elle a suivi une formation d’ingénieure agronome, puis quelques années d’activités professionnelles en France et à l’étranger, elle a entrepris une thèse qui l’a finalement conduite à intégrer l’INRA en 2003. Depuis, elle étudie les impacts du climat, et plus particulièrement du changement climatique en agriculture. Elle s’intéresse notamment aux maladies des plantes cultivées, à la façon dont le changement climatique fait et fera évoluer leur intensité, leur fréquence, ou même leur distribution géographique. Elle mobilise pour cela des outils tels que les modèles qui permettent de simuler les effets du climat futur sur les champs cultivés, mais aussi de tester des adaptations possibles de l’agriculture permettant de faire face non seulement aux changements globaux, mais aussi à la nécessaire transition écologique.

Ressources / Références :



Ces plantes qui voyagent ...

CONFÉRENCE

/// Dimanche 6 juin à 15h au château d'Espeyran

Intervenant :
Josiane Ubaud, lexicographe et éthnobotaniste en domaine Occitan

Présentation et usages de quelques plantes « bien de chez nous »… qui sont pourtant parfaitement étrangères ! Nous les avons adaptées, utilisées, elles ont modifié nos paysages (cyprès, oliviers, figuiers, amandiers, vignes), notre économie (garance, pastel, mûrier, châtaignier), notre cuisine (tomate, oignon, poivron, aubergine, ail, basilic, épices). Nous les avons parfois importées avec leur symbole (cyprès, laurier noble, olivier), parfois juste transplantées (acacia, sophora, marronnier, ginko ; bégonia, pétunia, œillet d’Inde). Certaines se sont invitées sans qu’on le veuille (par les laines des moutons, les trains d'atterrissage d’avions) et les échanges commerciaux de plus en plus nombreux accélèrent le processus. Quelques-unes deviennent tellement envahissantes qu’elles peuvent être qualifiées de « pestes végétales » (Herbe de la pampa, Séneçon du Cap, Griffe de sorcière, Jussie, Buddléia).

Ressources / Références :



L'Atlas des papillons du Gard

CONFÉRENCE

/// Dimanche 6 juin à 10h au château d'Espeyran

Intervenants :
Jean-Laurent Hentz, fondateur de l'association Gard Nature, développeur et animateur de l'Observatoire du Patrimoine Naturel du Gard et de l'Atlas des papillons de jour et zygènes
du Gard

A l'heure où l'on parle de disparition brutale de la biodiversité, la réalisation d'un atlas des papillons de jour et zygènes du Gard vient à point nommé pour proposer un bilan concret et partagé de l'état des populations du département.Ce sont un peu plus de 160 espèces qui volent dans le Gard, de la pointe de l'Espiguette au sommet de l'Aigoual, des causses à la vallée du Rhône. Certaines sont très communes (le Vulcain, la Piéride du chou…), d'autres très localisées, liées à des plantes et des habitats particuliers. La présence de toutes les espèces est absolument associée à la possibilité de développement des chenilles, donc à la nature et la qualité des habitats, naturels ou anthropisés.Un peu moins de 60 espèces sont connues sur la commune de Saint-Gilles, riche d'habitats diversifiés (plateau des Costières, marais de Camargue…) mais où pression urbaine et agriculture amenuisent, chaque jour, la place que nous voulons bien laisser aux papillons qui vivent à nos côtés…Peut-on imaginer une cohabitation durable ?Ces différents thèmes seront évoqués sur la base de photographies de papillons connus ou moins connus…

Ressources / Références :